Pourquoi Notre-Dame ne pourra pas être reconstruite telle quelle était avant l’incendie

L'incendie de la cathédrale Notre Dame

Ce fut une saison de colère et de feu pour les sites sacrés à travers le monde, de l’incendie en série de trois églises à prédominance noire en Louisiane aux incendies simultanés de la mosquée Al-Aqsa en Israël et de Notre Dame de Paris. Le premier était un acte haineux de terrorisme national, tandis que le second, heureusement, a laissé l’édifice intact. Le troisième, l’incendie de Notre Dame, a porté le plus grand coup au patrimoine architectural mondial depuis la destruction quasi totale de l’ancienne ville de Palmyre aux mains d’ISIS, il y a quelques années.

Beaucoup ont cherché à la hâte à donner un sens à ces incendies. En ce qui concerne l’incendie de Notre-Dame, le Moscow Times, citant des “commentateurs russes”, l’a qualifié de “symbole du déclin de l’Europe”. Patricio del Real, historien de l’architecture à l’Université de Harvard, a été cité dans Rolling Stone en disant que “le bâtiment était tellement surchargé de sens que sa combustion ressemblait à un acte de libération“. Belén Fernández d’Al Jazeera considère la réponse comme un “cas d’empathie déplacée”, et même Newt Gingrich s’est senti obligé de nous faire l’honneur d’un voyage sur la signification de la cathédrale.

Un concours international pour redessiner la flèche de la cathédrale

“Je suis convaincu que dans un proche avenir, vous pourrez aussi aller à Paris et voir la grande cathédrale Notre-Dame où elle était et comme elle était”, écrit-il. Mais cela pourrait ne pas être le cas, et ne devrait pas l’être.

Hier, le gouvernement français a annoncé la tenue d’un concours international pour redessiner la flèche de la cathédrale, conçue à l’origine par Eugène-Emmanuel Viollet-le-Duc, dont beaucoup ont vu s’éteindre les flammes dans des images partagées dans le monde entier. Le Premier ministre Edouard Philippe est cité par Reuters : “La compétition internationale nous permettra de nous poser la question de savoir si nous devrions même recréer la flèche telle qu’elle a été conçue par Viollet-le-Duc. Dans le contexte de la France et de son histoire, une restauration fidèle de la cathédrale est l’option la moins imaginative, et qui trahit l’esprit de Notre-Dame et l’histoire culturelle de Paris.

Comme cela a été largement rapporté, des études de haute technologie approfondies ont été menées avant l’incendie, et des restaurations réussies de monuments tels que la cathédrale de Reims ont été présentées comme des exemples de restaurations efficaces et fidèles. Mais il n’est pas nécessaire de regarder loin pour voir les conséquences désastreuses de la recherche d’un retour à l’architecture médiévale “originale”.

A seulement 60 miles de Paris, les travaux de rénovation de la cathédrale de Chartres ont permis de nettoyer et repeindre l’intérieur de l’édifice pour tenter de le remettre dans son état d’origine. Un article du New York Times de 2017 sur le projet décrivait “de solides arguments scientifiques en faveur de la rénovation” face aux plaintes des critiques et du grand public, qui ont qualifié ces tentatives d'”arrogantes” et de “kitsch”. Patrice Clavel, architecte principal, a défendu son œuvre en disant que “le public n’est pas compétent pour juger”. Le professeur Jeffrey F. Hamburger, de Harvard, aurait dit : “Il n’y a aucune raison d’être nostalgique de la saleté.”

Les caractéristiques idiosyncrasiques de la cathédrale de Chartres qui ont émergé au cours de siècles d’histoire et de maturation, comme la rare et iconique Vierge noire, ont été littéralement blanchies à la chaux. La patine sombre et sombre de la maçonnerie intérieure a été effacée au profit d’une vision spéculative de ce à quoi la cathédrale aurait pu ressembler au Moyen Âge. Un éclairage à DEL blanc brillant a été installé pour remplacer la lumière des bougies.

Bien que l’architecture et la structure de Notre-Dame soient largement documentées et que les progrès de la technologie de restauration puissent permettre une reconstruction fidèle de la flèche et du toit perdus, il n’y a pas de travaux de restauration qui puissent raviver l’âge et la rudesse de la cathédrale. Rien ne peut ramener le côté organique de l’architecture qui émerge de l’utilisation des bâtiments, de la relation réciproque entre les lieux et leurs habitants.

Il y a aussi d’énormes coûts financiers et d’opportunité impliqués dans une restauration prolongée. Si la vision de Macron d’une rénovation complète d’ici cinq ans est de se montrer honnête, alors le gouvernement doit décider d’un architecte qui peut faire renaître les ruines de leurs cendres le plus rapidement possible grâce à une conception ingénieuse et intelligente qui minimise les déchets et les dépenses gouvernementales qui ont mis la France dans une situation de crise.

Les talents locaux en architecture ne manquent pas pour accomplir cette tâche – de nombreuses entreprises françaises travaillent à la pointe de la conception écologique et de la réutilisation adaptative sensible à l’histoire. L’Azkuna Zentroa de Philippe Starck à Bilbao a récemment remporté le Prix mondial d’excellence 2017-2018 de l’Urban Land Institute, convertissant un bâtiment sous-utilisé au cœur de la ville basque en une destination destinée aux citoyens de toutes conditions sociales. Il en résulte une conception éprouvée d’une valeur exceptionnelle, qui applique les principes de l’hybridité architecturale à un espace contemporain à l’intérieur de l’enveloppe d’un repère historique.

En ce qui concerne l’architecture qui devrait venir, c’est l’esprit de ce qui a été perdu qui devrait être préservé.

À lire aussi : Les prix de l’immobilier vont légèrement augmenter en 2019

Eugène-Emmanuel Viollet-le-Duc, dont l’œuvre représente la partie la plus importante de Notre-Dame consumée par le feu, était un architecte avec un pied dans le passé et un pied dans l’avenir – un architecte et ingénieur transitoire avec amour et respect pour le style gothique. Cependant, sa méthodologie inspirera les mouvements Art Nouveau et Moderniste à venir. Contrairement à son contemporain John Ruskin, qui aimait la ruine, Viollet-le-Duc était un partisan des projets de restauration qui pouvaient apporter une contribution fidèle mais distincte aux conceptions originales – et il a ainsi sauvé nombre des plus beaux bâtiments médiévaux d’Europe. Sa vision de l’intérieur et de l’extérieur, d’abord fonctionnelle, se perpétue dans une grande partie de l’architecture contemporaine qui se construit dans le monde d’aujourd’hui.

Pour Victor Hugo, l’auteur qui a attiré l’attention sur le monument national à une époque où il était considéré comme une relique désuète, l’essence de la cathédrale se trouvait dans sa nature chimérique. “Tout est fusionné, combiné, fusionné à Notre-Dame, écrit-il. Ce fardeau de sens et de symbolisme qui s’insère dans l’architecture est la clé de l’histoire que Notre-Dame raconte et continuera de raconter – le rôle le plus important du monument“. Les futurs projets devraient en tenir compte et contribuer de manière ciblée à l’histoire millénaire de la cathédrale et de sa ville. Paris, ville connue pour ses interventions architecturales controversées – dont la Tour Eiffel, la Pyramide du Louvre et la reconstruction complète du centre-ville sous Napoléon III – peut réussir si elle adopte cette approche.
Vue aérienne de Paris, France, depuis un hélicoptère, avec une vue au loin vers l’ouest sur le Jardin des Tuileries, la Seine, la Tour Eiffel et l’Arc de Triomphe par une belle journée claire.

Parmi le flot de voix qui répondent à l’incendie, il y en a peut-être un qui capte le mieux l’essence de ses conséquences – et il vient d’une source improbable, The Onion : “Paris s’engage à reconstruire Notre Dame malgré l’absurdité cosmique de chercher un sens inhérent à des créations fugitives de l’homme.” Publié mercredi, l’article, à la fois ironique et satirique, préfigure habilement un dilemme qui commence à peine à surgir : comment les attitudes existentialistes et révolutionnaires de la culture française vont répondre à la restauration de Notre Dame, un repère religieux, historique et traditionaliste.

Dans le lourd débat politisé qui s’ensuivra, il vaut mieux garder à l’esprit qu’il n’y a pas de sens inhérent à la catastrophe elle-même, mais qu’il y a du sens à donner au travail qui va suivre. Ce sera un test de détermination et une immense occasion de mettre à l’épreuve l’imagination d’un pays qui a besoin d’expression en cette période de changement. Les futurs projets de rénovation de Notre-Dame doivent être marqués par ce moment crucial, un geste vers l’avenir, ainsi que par l’ampleur de son histoire, y compris l’incendie.