6 Conseils pour déterminer le prix d’achat d’un bien immobilier

Comment estimer le prix d'un bien immobilier

Tous les acheteurs de maison ont une chose en commun : ils ne veulent pas se faire arnaquer. Quel que soit l’état du marché de l’habitation, mais surtout s’il est mousseux, il est particulièrement important de s’assurer d’obtenir le bon prix. Pourtant, comment savoir si vous obtenez une offre équitable – même dans un marché serré – avant de faire une offre ? Voici comment évaluer le prix d’une maison afin de prendre une décision d’investissement judicieuse.

1.) Recherches récentes sur des propriétés comparables et vendues récemment

Une propriété comparable est une propriété dont la taille, l’état, le quartier et les commodités sont semblables à ceux que vous achetez. Une maison de 1 200 mètres carrés, récemment rénovée, d’un étage avec garage attenant devrait être inscrite au même prix qu’une maison similaire de 1 200 mètres carrés dans le même quartier. Cela dit, vous pouvez également obtenir de précieux renseignements en comparant le prix de la propriété qui vous intéresse à celui de différentes maisons. Est-il beaucoup moins cher que des propriétés plus grandes ou plus belles ? Est-elle plus chère que les maisons plus petites ou moins attrayantes ? Votre agent immobilier est la meilleure source d’informations précises et à jour sur des propriétés comparables (également appelées « comps »). Vous pouvez également regarder les comps qui sont actuellement en dépôt fiduciaire, ce qui signifie que la propriété a un acheteur, mais que la vente n’est pas encore terminée.

2.) Vérifiez les propriétés comparables qui sont actuellement sur le marché

Dans ce cas, vous pouvez visiter d’autres maisons et avoir une idée réelle de la façon dont leur taille, leur état et leurs commodités se comparent à la propriété que vous envisagez. Vous pouvez ensuite comparer les prix et voir ce qui vous semble juste. Les vendeurs raisonnables savent qu’ils doivent fixer le prix de leurs propriétés de la même façon que les comparables du marché s’ils veulent être concurrentiels.

3.) Examinez les produits comparables qui étaient sur le marché récemment, mais qui n’ont pas été vendus.

Si le prix de la maison que vous envisagez d’acheter est semblable à celui des maisons retirées du marché parce qu’elles n’ont pas été vendues, la maison en question pourrait avoir un prix excessif. De plus, s’il y a beaucoup de propriétés semblables sur le marché, les prix devraient être plus bas, surtout si ces propriétés sont vacantes. Consultez l’indice des stocks invendus pour obtenir des renseignements sur l’offre et la demande actuelles sur le marché de l’habitation. Cet indice tente de mesurer le temps qu’il faudra pour que toutes les maisons actuellement sur le marché soient vendues, compte tenu du rythme auquel les maisons se vendent actuellement.

4.) Tenir compte des conditions du marché et des taux d’appréciation dans la région

Les prix ont-ils augmenté ou baissé récemment ? Sur le marché d’un vendeur, les propriétés seront probablement un peu surévaluées, et sur le marché d’un acheteur, les propriétés sont susceptibles d’être sous-évaluées. Tout dépend de la situation actuelle du marché sur la courbe d’expansion et de ralentissement de l’immobilier. Même sur le marché d’un vendeur, les propriétés ne peuvent pas être surévaluées si le marché est à la hausse et non près de son sommet. Inversement, les propriétés peuvent être surévaluées même sur le marché d’un acheteur si les prix n’ont commencé à baisser que récemment. Bien sûr, il peut être difficile de voir les sommets et les vallées jusqu’à ce qu’ils appartiennent à l’histoire. Pensez également à l’impact des taux d’intérêt hypothécaires et du marché du travail sur l’économie. (Il est important de connaître vos choix hypothécaires. Pour en savoir plus, lisez 4 étapes pour obtenir une hypothèque).

5.) Achèteriez-vous une propriété vendue par le propriétaire ?

Une propriété à vendre par le propriétaire devrait être escomptée pour refléter le fait qu’il n’y a pas de commission (en moyenne) de 6% pour l’agent du vendeur, ce que beaucoup de vendeurs ne prennent pas en considération lorsqu’ils établissent leurs prix. Un autre problème potentiel des OSBL est que le vendeur n’a peut-être pas reçu les conseils d’un agent pour fixer un prix raisonnable, ou qu’il n’était pas satisfait de la suggestion d’un agent au point de décider d’agir seul. Dans l’une ou l’autre de ces situations, la propriété peut être surévaluée.

6.) Quelle est l’appréciation prévue pour la région ?

Les perspectives d’avenir du quartier que vous avez choisi peuvent avoir un impact sur le prix. Si un développement positif est prévu, comme la construction d’un grand centre commercial, l’extension du train léger sur rail jusqu’au quartier ou le déménagement d’une nouvelle grande entreprise dans la région, les perspectives d’appréciation future de la maison semblent bonnes. Même de petits projets, comme l’ajout de nouvelles routes ou la construction d’une nouvelle école, peuvent être de bon augure. Par contre, si les épiceries et les stations-service ferment leurs portes, le prix de la maison devrait être plus bas, de façon à refléter cela, et vous devriez probablement reconsidérer votre déménagement dans la région. Le développement de nouveaux logements peut aller dans les deux sens : cela peut signifier que la région est chaude et qu’il y aura probablement une forte demande dans l’avenir, augmentant ainsi la valeur de votre maison, ou cela peut entraîner un surplus de logements, ce qui fera baisser la valeur de toutes les maisons dans la région.

À lire aussi : Comment se préparer à investir dans l’immobilier